Espace Personnel

Vous avez déjà un compte

Vous n'avez pas de compte

Trouver un avocat

Détails de conférence

DAS en justice restaurative

Médiation

Le 04 octobre 2022
de 9h15 à 17h15

Ajouter à mon calendrier

M'authentifier

Université de Fribourg

20, avenue de l'Europe
1700 Fribourg

Présentation

Public concerné : 
Peuvent présenter leur dossier d’admission, les personnes ayant terminé un CAS en Médiation de l’Université de Fribourg. Les personnes ayant terminé un CAS ou un DAS en médiation d’une autre université ou haute école (ou formation équivalente) peuvent suivre les modules et effectuer les travaux requis et recevront un CAS de l’Université de Fribourg. L’admission fait suite à une décision du Comité directeur.

Contenu :
Le système pénal traditionnel se base sur le paradigme de la justice rétributive. Dans ce modèle, la fonction du droit pénal est de préserver les valeurs et les principes définis par l’État en établissant la culpabilité de personne délinquante et fixant la peine prévue par le droit.
Selon le paradigme de la justice restaurative, l’infraction est vue d’abord comme une atteinte aux personnes et aux relations sociales. Faire justice consiste dès lors à donner un rôle central à la victime et à l’auteur·e, afin d’identifier besoins individuels et obligations sociales et permettre la restauration des liens personnels et sociaux.
Des pratiques innovantes, tels les cercles, les conférences de groupe et la médiation restaurative dans un contexte pénal ou carcéral, participent à une nouvelle forme de justice en dialogue, favorisant la participation des personnes concernées et la reconnaissance de leur capacité d’autodétermination en ce qui concerne le règlement des conflits qu’ils ont avec autrui et qui sont nés d’un fait incriminé par le droit pénal. Si la normativité pénale subsiste par la qualification du délit et la menace d’une peine pour son auteur·e, elle se métisse avec l’apport d’une autre normativité axée sur la régulation des conflits dans une instance de communication, l’espace restauratif.
La démarche restaurative permet à la victime, qui exprime clairement son accord, de se réapproprier le conflit et d’en être actrice à part entière. Entendue et comprise, la victime pourra, grâce à la reconnaissance des faits et à la responsabilisation pour l’acte commis, voir satisfait son besoin de justice.
La participation volontaire de l’auteur·e le ou la rend aussi acteur ou actrice du processus en se responsabilisant pour les actes commis, en offrant le cas échéant une réparation pour les dommages causés et en prenant concrètement conscience de la dimension affective et sociale de ses actes.

Programme

Objectifs :
Pour obtenir leur diplôme, les personnes participant à la formation en justice
restaurative seront capables de :

- comprendre le fonctionnement du système pénal;
- comprendre les effets de l’infraction sur les personnes (auteur·e, victimes, proches);
- identifier et gérer les attentes et les besoins des personnes touchées par l’infraction;
- identifier et gérer les spécificités des problématiques sensibles (violence sexuelle, violence conjugale, crimes graves);
- organiser, structurer et diriger une intervention en justice restaurative;
- adapter l’intervention aux contextes intra et extra-judiciaires;
- maintenir une posture de tiers;
- faire évoluer leur pratique et contribuer à la formation (s’autoévaluer, prendre du recul sur ses pratiques professionnelles, conceptualiser ses pratiques en justice restaurative);
- développer un partenariat autour de la justice restaurative (identifier les réseaux professionnels et leurs compétences, construire des collaborations en préservant l’identité de la justice restaurative);
- promouvoir une culture de médiation.

Intervenants

Gérard Demierre, Médiateur FSM avec spécialisation dans le domaine familial et de la justice juvénile (Bureau de la Médiation pénale pour Mineurs, canton de Fribourg)

André Kuhn, Professeur ordinaire de droit pénal et de criminologie à la Faculté de droit de l’Université de Neuchâtel, Professeur titulaire de criminologie à la Faculté de droit de l’Université de Genève et Professeur honoraire à la Faculté de droit, des sciences criminelles et d’administration publique de l’Université de Lausanne

Camille Perrier Depeursinge, Professeure à l’Université de Lausanne depuis 2018. Elle y enseigne le droit pénal général et spécial ainsi que les modes alternatifs de résolution des conflits en matière pénale

Jacques Faget, Directeur de recherche émérite au CNRS, Enseignant à Science-Po ainsi que dans diverses universités européennes. Formateur à la médiation dans plusieurs pays européens

Anne Catherine Salberg, Master européen en médiation, Médiatrice familiale FSM et Médiatrice en justice restaurative

Joëlle Timmermans, Médiatrice, Formatrice, Directrice de l’Association Le Souffle, Bruxelles, Belgique

Antonio Buonatesta, Psychologue, Directeur de Mediante – Service de médiation entre auteurs et victimes d’infraction, Namur, Belgique

Olivier Boillat, Juge et Président du Tribunal des mineurs du canton de Genève

Partager cette page

Plus d'informations

Lien direct
Logo organisateur

Organisé par

Université de Fribourg, Service de la formation continue en collaboration avec l'AJURES.

Documents